outrage

nom masculin

(de outre 1)

Définitions de outrage


  • Offense extrêmement grave, constituant une atteinte à l'honneur, à la dignité ; affront, injure : Venger un outrage.
  • Action ou parole tout à fait contraire à une règle, à un principe ; atteinte : Outrage à la pudeur.
  • Parole, geste, menace, écrit ou dessin, envoi d'objet, de nature à porter atteinte à la dignité ou au respect dus à un magistrat, à une personne siégeant dans une juridiction, à un dépositaire de l'autorité ou de la force publique dans l'exercice de ses fonctions, à une personne chargée d'une mission de service public, et qui constituent une infraction. (L'outrage fait au président de la République, délit d'offense, est réprimé par la loi du 29 juillet 1881.)

Expressions avec outrage



  • Littéraire. Derniers outrages,

    injure la plus grave qu'on puisse faire.
  • Faire subir les derniers outrages à une femme,

    la violer.
  • Littéraire. Les outrages du temps,

    les infirmités de l'âge.

Citations avec outrage


  • Pierre Corneille (Rouen 1606-Paris 1684)
    Ce n'est que dans le sang qu'on lave un tel outrage ;
    Meurs ou tue […].

    Le Cid, I, 5, Don Diègue
  • Gustave Flaubert (Rouen 1821-Croisset, près de Rouen, 1880)
    Académie française, 1880
    Il y a des outrages qui vous vengent de tous les triomphes, des sifflets qui sont plus doux pour l'orgueil que des bravos.
    Correspondance, à Louise Colet, 1852
  • François de Malherbe (Caen 1555-Paris 1628)
    Je suis vaincu du temps ; je cède à ses outrages.
    Odes
  • Jean Racine (La Ferté-Milon 1639-Paris 1699)
    Même elle avait encor cet éclat emprunté
    Dont elle eut soin de peindre et d'orner son visage,
    Pour réparer des ans l'irréparable outrage.

    Athalie, II, 5, Athalie
  • Edgar Allan Poe (Boston 1809-Baltimore 1849)
    Toute pensée, en un mot, était ressentie par eux comme un outrage personnel.
    All thought, to be brief, was very properly resented as a personal affront to themselves.
    Eureka

Mots proches

Ces trois mots se terminent par le son [cie] ; lequel prend un « c » et non un « t » dans la syllabe finale ?