savoir

verbe transitif CONJUGAISON

(latin populaire *sapere, avoir du discernement)

Définitions de savoir


  • Avoir appris quelque chose, et pouvoir le dire, le connaître, le répéter : Savez-vous le nom de cette plante ?
  • Être au courant de quelque chose, le tenir ou le donner comme vrai, réel : Je sais qu'il voulait démissionner.
  • Être convaincu de quelque chose, avoir dans l'esprit la connaissance, la certitude de quelque chose : Nous savons combien vous regrettez cet échec.
  • Littéraire. Connaître la valeur, l'importance de quelque chose : Je sais mes obligations envers vous.
  • Avoir des connaissances sur quelque chose, quelqu'un : Je sais bien des choses sur lui.
  • Avoir une connaissance étendue d'une matière qui peut s'enseigner, se transmettre : Savoir plusieurs langues étrangères. Savoir son métier.
  • Avoir la capacité, après étude et apprentissage, de pratiquer, d'exercer une activité : Savoir nager. Il ne sait pas jouer aux échecs.
  • Avoir assez de talent, d'habileté, etc., pour faire telle chose : Une femme qui a su rester jeune.
  • En parlant de quelque chose, être capable de, pouvoir faire : Un livre qui a su nous convaincre.
  • Avoir des connaissances étendues, approfondies, avoir une grande expérience : Prendre conseil auprès de ceux qui savent.

Expressions avec savoir



  • (À) savoir,

    introduit un terme explicatif, une énumération ; c'est-à-dire : Il manque l'essentiel, à savoir les capitaux.
  • Dieu sait que, si, combien,

    formules employées pour renforcer une affirmation.
  • Dieu seul le sait,

    les raisons, les causes sont obscures, inconnues.
  • En savoir quelque chose,

    l'avoir (malheureusement) éprouvé, en avoir fait l'expérience.
  • Faire savoir quelque chose à quelqu'un,

    l'en informer : Veuillez me faire savoir les raisons de votre absence.
  • Je ne sais qui, quoi,

    formules dubitatives indiquant une personne ou un objet indéterminés, que l'on ne peut dénommer avec précision.
  • Ne pas (plus) savoir ce qu'on dit, ce qu'on fait,

    ne pas (plus) contrôler ses paroles, ses actions.
  • Ne pas savoir ce qu'on veut,

    être indécis ou versatile.
  • Ne pas vouloir le savoir,

    ne pas vouloir entrer dans les raisons de quelqu'un, refuser toute discussion.
  • Ne rien vouloir savoir,

    s'obstiner, persister dans sa décision.
  • Pas que je sache,

    forme de réponse négative dont on ne peut pas affirmer qu'elle est sûre.
  • Qui sait ?,

    ce n'est pas impossible ; peut-être.
  • Qui vous savez, la chose que vous savez,

    désignent par allusion quelqu'un ou quelque chose que l'interlocuteur connaît bien, auxquels il pense.
  • Familier. Sans le savoir,

    sans en être conscient.
  • Savez-vous, sais-tu,

    synonyme courant en Belgique de n'est-ce pas.
  • Savoir vivre,

    être bien élevé.
  • Familier. Va savoir,

    on ne sait rien de certain, on ne peut rien affirmer.

Synonymes et contraires de savoir


Avoir appris quelque chose, et pouvoir le dire, le connaître,...

Synonyme :

  • connaître

Être au courant de quelque chose, le tenir ou le donner comme...

Synonymes :

  • être au courant de - être au fait de

Contraire :

Avoir une connaissance étendue d'une matière qui peut s'enseigner,...

Synonyme :

  • connaître
Faire savoir quelque chose à quelqu'un

Synonymes :

Savez-vous, sais-tu

Synonyme :

  • n'est-ce pas

Homonymes des variantes de savoir



    sais

  • c'est locution verbale
  • saie nom féminin

    sait

  • c'est locution verbale
  • saie nom féminin

    savons

  • savon nom masculin

    surent

  • sur adjectif
  • sur préposition
  • sûr adjectif

    sus

  • su nom masculin singulier
  • sus adverbe

    susse

  • suce forme conjuguée du verbe sucer
  • sucent forme conjuguée du verbe sucer
  • suces forme conjuguée du verbe sucer
  • sus adverbe

    sussent

  • suce forme conjuguée du verbe sucer
  • sus adverbe

    susses

  • suce forme conjuguée du verbe sucer
  • sus adverbe

    sut

  • su nom masculin singulier
  • sus adverbe

    sût

  • sus adverbe

Difficultés de savoir


  • CONJUGAISON

    À l'exception de la troisième personne du singulier (qu'il, qu'elle sût), les formes du subjonctif imparfait (que je susse, que nous sussions) sont très rarement employées à cause de leur homophonie avec plusieurs formes de la conjugaison du verbe sucer.

  • EMPLOI

    Le verbe savoir n'admet comme sujet qu'un nom de personne, sauf s'il y a métaphore, métonymie ou personnification : le pays savait que tout espoir était perdu (le pays signifie ici non pas « le territoire national » mais « la population du pays »).

    Je ne saurais = je ne peux. Le verbe savoir employé au conditionnel et à la forme négative (avec omission de pas) est un équivalent atténué de pouvoir : on ne saurait accepter une telle situation (= on ne peut l'accepter).

    À savoir loc. conjonctive = c'est-à-dire. De nombreux chercheurs, à savoir des historiens et des linguistes, ont participé à ce projet.
    recommandation :
    Éviter d'employer savoir seul pour à savoir.

    Que je sache = dans la mesure où je peux en juger. Ce tour s'utilise soit en incise, soit en tête ou fin de phrase, et seulement avec une proposition négative. Il n'a rien fait de si terrible, que je sache.
    remarque
    L'emploi à une autre personne que la première personne du singulier (que tu saches, que nous sachions, etc.) est rare et littéraire.

  • SENS

    Savoir gré de (+ infinitif), savoir gré de ce que (+ indicatif) = être satisfait, reconnaissant de. Je vous sais gré de ce que vous êtes intervenu en ma faveur. Nous vous saurions gré de répondre au plus vite (et non *nous vous serions gré).

    Savoir qqn, qqch = avoir connaissance de l'existence de qqn, de qqch. « Je sais un paysan qu'on appelait Gros-Pierrre » (Molière). Cet emploi est aujourd'hui sorti de l'usage.

  • REGISTRE

    Je ne sache pas que (+ subjonctif), exprimant une affirmation atténuée, est du registre littéraire. « Je ne sache pas que vous ayez rien à vous reprocher » (Marivaux).
    Je ne sache personne, rien... qui, que (+ subjonctif), tour très proche du précédent, relève également de la langue littéraire : je ne sache rien qui vaille un tel sacrifice.


Citations avec savoir


  • Félix Arvers (Paris 1806-Paris 1850)
    Le mal est sans espoir, aussi j'ai dû le taire,
    Et celle qui l'a fait n'en a jamais rien su.

    Mes heures perdues
  • Georges Bataille (Billom 1897-Paris 1962)
    Qu'il est beau, qu'il est sale de savoir !
    L'Abbé C., Éditions de Minuit
  • Giovanni Giacomo Casanova dit Jean-Jacques Casanova de Seingalt (Venise 1725-Dux, Bohême, 1798)
    Savoir mal est pire qu'ignorer.
    Mémoires
  • Michel Deguy (Paris 1930)
    L'amour se résigne à ne pas savoir.
    Biefs, Gallimard
  • Bernard Le Bovier de Fontenelle (Rouen 1657-Paris 1757)
    Tout le monde ne sait pas douter : on a besoin de lumière pour y parvenir, et de force pour s'en tenir là.
    Réflexions sur la poétique
  • André Gide (Paris 1869-Paris 1951)
    L'appétit de savoir naît du doute. Cesse de croire et instruis-toi.
    Les Nouvelles Nourritures, Gallimard
  • Remy de Gourmont (Bazoches-au-Houlme, Orne, 1858-Paris 1915)
    Savoir ce que tout le monde sait, c'est ne rien savoir.
    Promenades philosophiques, Mercure de France
  • Sacha Guitry (Saint-Pétersbourg 1885-Paris 1957)
    Le peu que je sais, c'est à mon ignorance que je le dois.
    Toutes Réflexions faites, Éditions de l'Élan
  • Marcel Jouhandeau (Guéret 1888-Rueil-Malmaison 1979)
    Savoir aimer, c'est ne pas aimer. Aimer, c'est ne pas savoir.
    Algèbre des valeurs morales, Gallimard
  • Jean-Baptiste Poquelin, dit Molière (Paris 1622-Paris 1673)
    La faiblesse humaine est d'avoir
    Des curiosités d'apprendre
    Ce qu'on ne voudrait pas savoir.

    Amphitryon, II, 3, Sosie
  • Henri Monnier (Paris 1799-Paris 1877)
    On ne va jamais plus loin que lorsqu'on ne sait pas où l'on va, a dit un homme politique célèbre.
    Mémoires de M. Joseph Prudhomme
  • Michel Eyquem de Montaigne (château de Montaigne, aujourd'hui commune de Saint-Michel-de-Montaigne, Dordogne, 1533-château de Montaigne, aujourd'hui commune de Saint-Michel-de-Montaigne, Dordogne, 1592)
    Savoir par cœur n'est pas savoir : c'est tenir ce qu'on a donné en garde à sa mémoire.
    Essais, I, 26
  • Gérard Labrunie, dit Gérard de Nerval (Paris 1808-Paris 1855)
    Il voulait tout savoir mais il n'a rien connu.
    Poésies diverses, Épitaphe
  • Blaise Pascal (Clermont, aujourd'hui Clermont-Ferrand, 1623-Paris 1662)
    Il est bien plus beau de savoir quelque chose de tout que de savoir tout d'une chose ; cette universalité est la plus belle.
    Pensées, 37

    Commentaire
    Chaque citation des Pensées porte en référence un numéro. Celui-ci est le numéro que porte dans l'édition Brunschvicg - laquelle demeure aujourd'hui la plus généralement répandue - le fragment d'où la citation est tirée.

  • Pablo Ruiz Picasso (Málaga 1881-Mougins 1973)
    Si l'on sait exactement ce qu'on va faire, à quoi bon le faire ?
    Conversations avec Christian Zervos, 1935 in Cahiers d'art
  • Marcel Proust (Paris 1871-Paris 1922)
    […] Ce qu'on sait n'est pas à soi […].
    À la recherche du temps perdu, À l'ombre des jeunes filles en fleurs , Gallimard
  • Ernest Renan (Tréguier 1823-Paris 1892)
    La vérité sera un jour la force. Savoir, c'est pouvoir est le plus beau mot qu'on ait dit.
    Dialogues et fragments philosophiques, III, Rêves , Lévy
  • Jean-Jacques Rousseau (Genève 1712-Ermenonville, 1778)
    Généralement, les gens qui savent peu parlent beaucoup, et les gens qui savent beaucoup parlent peu.
    Émile ou De l'éducation
  • Jean Pic de La Mirandole en italien Giovanni Pico Della Mirandola (Mirandola, province de Modène, 1463-Florence 1494)
    Sur toute chose qu'on puisse savoir.
    De omni re scibili.

    Commentaire
    Devise de Pic de La Mirandole, savant universel qui se déclarait capable de tenir tête à quiconque « de omni re scibili ». On fit à sa devise une addition ironique : «  et quibusdam aliis » - et sur quelques autres.

  • Platon (Athènes vers 427-Athènes vers 348 ou 347 avant J.-C.)
    Ô humains, celui-là, parmi vous, est le plus savant, qui sait, comme Socrate, qu'en fin de compte, son savoir est nul.
    Apologie de Socrate, 23b (traduction M. Croiset)

    Commentaire
    Le Banquet : Alcibiade parlant de Socrate : « Son ignorance est générale et il n'y a rien qu'il sache, du moins son apparence est telle. » Ibidem : « Avec les gens il passe toute sa vie à faire le naïf et l'enfant. » Voir aussi Le Sophiste : « Ne point savoir et croire qu'on sait : c'est bien là la cause de toutes les erreurs auxquelles notre pensée est sujette. »

  • Farid al-Din Attar (Nichapur vers 1119-vers 1190 ou vers 1220)
    Tout ce que tu as su ou vu n'est ni ce que tu as su ni ce que tu as vu.
    Langage des oiseaux
  • Luís Vaz de Camões (Lisbonne 1524 ?-Lisbonne 1580)
    Un je ne sais quoi, qui surgit je ne sais d'où, vient je ne sais comment, et fait mal je ne sais pourquoi.
    Sonnets, 12
    Um não sei quê, que nasce não sei onde,
    Vem não sei como, e dói não sei porquê.

  • Pie II (Enea Silvio Piccolomini) (Corsignano, aujourd'hui Pienza , 1405-Ancône 1464)
    Plus on sait, plus on doute.
    Chi più sa, più dubita.
  • Lev [en français Léon] Nikolaïevitch, comte Tolstoï (Iasnaïa Poliana, gouvernement de Toula, 1828-Astapovo, gouvernement de Riazan, 1910)
    Nous ne savons rien. Le seul espoir de savoir, c'est de savoir tous ensemble, c'est de fondre toutes les classes dans le savoir et la science.
    Carnet, 28 mars 1861

Mots proches

Parmi ces noms féminins, lequel ne devrait pas se finir par un « u » ?